Réduire le trafic aux heures de pointe

Les modèles de travail flexibles permettent de mieux répartir le trafic sur la route et le rail


7% de voyageurs de moins aux heures de pointe

avec deux trajets supplémentaires par semaine en dehors des heures de grande affluence.

Tous les matins et tous les soirs, c'est la cohue dans les transports publics et sur le réseau routier. En dehors de ces périodes de grande affluence, il y a toute la place voulue sur la route et les trains sont loin d'être bondés. Une plus grande flexibilité dans l'organisation du travail quotidien permet de faire un usage plus homogène de l'infrastructure de transport. Tout bénéfice pour les pendulaires, l'économie et les pouvoirs publics.

Aux heures creuses, les pendulaires peuvent circuler sans problème sur le réseau routier. Et il y a aussi suffisamment de places libres dans les transports publics, qui offrent du coup une atmosphère de travail plus détendue. Un système de transport efficace et non surchargé est un facteur important pour la place économique suisse. Enfin, une utilisation plus éclairée du système de transport existant permet de réduire les besoins d'extension et d'éviter des hausses de prix dans les transports publics.

Une étude réalisée conjointement par les CFF et Swisscom en 2013 a montré que les formes de travail flexibles peuvent réduire l'affluence dans les trains aux heures de pointe. Si tous les pendulaires suisses utilisant le train et en mesure et désireux de travailler de façon flexible se déplaçaient en dehors des heures de pointe ne serait-ce que pour deux trajets par semaine, le nombre de voyageurs dans ces créneaux horaires baisserait d'environ 7%.
Arbeiten unterwegs im Zug