Des univers d’apprentissage pour organiser le monde de l’apprentissage

Les ados trouvent rarement cool ce que font leurs mères. Le commentaire de mon fils au petit-déjeuner alors qu’il avait 14 ans m’a donc fait d’autant plus réfléchir.

« Moi aussi, j’aimerais bien pouvoir choisir ce que je fais à l’école, et quand, comment et où, comme toi au travail. » C’est en fait exactement ce que nous attendons des jeunes qui entrent dans la vie active : qu’ils accomplissent leur travail de manière responsable, créative et anticipatrice.

Expérience sur les univers d’apprentissage

L’école et le travail sont-ils deux mondes si différents l’un de l’autre ? Livrons-nous à une expérience de pensée : que se passerait-il si une équipe scolaire et une équipe de bureau échangeaient leurs lieux de travail pendant un certain temps. Qui aurait plus de mal à s’adapter ? Qui pourrait apprendre de l’autre?

Imaginons qu’au bout de quatre semaines d’échange, l’heure est au bilan. L’équipe de bureau a adoré la grande salle de sport et la salle de travaux manuels dont dispose l’école. Ils ont pu faire ensemble du sport le midi ou sont allés dans la salle de travaux manuels pour accomplir des tâches créatives. Bien entendu, certaines choses leur ont manqué, comme la cantine et les zones de rencontre. Ils ont trouvé que les tables et les chaises dans les classes étaient peu confortables. Et bien sûr, tout le monde était en manque de caféine, car il n’y avait pas de machine à café dans la zone commune, et les responsables ne les laissaient pas entrer dans la salle des profs.

 

 

Des univers d’apprentissage pour organiser le monde de l’apprentissage

De son côté, l’équipe scolaire a apprécié de pouvoir faire de nouvelles rencontres dans les pièces ouvertes du bureau. Pas de classe, pas de salle des profs, les enseignants ont travaillé en espace ouvert, ce qui a nettement amélioré la qualité de l’échange direct entre collègues enseignants, mais aussi avec les élèves. Au départ, tout le monde était un peu désorienté parce qu’il n’y avait pas de cloche et que chacun se présentait en fonction de son propre rythme. Au bout de quelque temps, un effet remarquable s’est produit. Les élèves ont commencé à se fixer eux-mêmes des objectifs définis sur la base des offres faites par les enseignants. Comme tout était ouvert, ils allaient parfois rendre visite à d’autres classes quand la matière enseignée les fascinait. Les zones de rencontre et les salles de réunion ont été utilisées par les élèves pour s’entraider. Les enseignants y étaient certes les bienvenus, mais les élèves parvenaient souvent à résoudre entre eux les questions et à se faire progresser mutuellement. L’équipe scolaire a adoré la cantine et la possibilité de manger ensemble. Ce nouvel endroit et cette nouvelle cohésion ont définitivement resserré les liens au sein de l’équipe scolaire.

« Je trouve qu’une certaine liberté en université est tout à fait nécessaire pour les jeunes gens.»

Citation d’Emmanuel Kant

Les équipes retirent de cette expérience des idées concrètes d’améliorations. L’équipe de bureau reprend l’idée de la salle de travaux manuels pour en faire un espace d’idéation. L’équipe scolaire commence à réfléchir à un concept de zones, c’est-à-dire à se poser concrètement la question de savoir quel genre d’activités doit avoir lieu dans quelles pièces. Elle a été impressionnée de voir à quel point une autre configuration de l’espace pouvait changer la manière de travailler. Les élèves souhaitent avoir davantage de liberté dans le choix des lieux d’apprentissage au sein du bâtiment scolaire et davantage d’influence sur les pauses. Toute l’équipe a constaté que les pièces ouvertes leur avaient donné beaucoup plus d’occasions de communiquer et travailler ensemble. Car apprendre se fait indépendant du temps et du lieu.

Changer le monde de l’apprentissage

Tout changement a besoin d’un élément déclencheur en guise de signal. Réaménager la pièce ou changer de méthode d’enseignement peut constituer un puissant signal. L’organisation des univers d’apprentissage résulte de la volonté de modifier l’enseignement. Le modèle de Coire p.ex. (en allemand) commence par la réorganisation de la classe. La Laborschule de Bielefeld ou l’école Steve Jobs à Amsterdam utilisent elles aussi la classe en guise de signal, en créant différentes zones dans le bâtiment scolaire et en supprimant les salles de classe classiques. Les nouveaux mondes d’apprentissage offrent des espaces où les élèves peuvent travailler individuellement au calme, des zones où ils peuvent interagir avec les enseignants ou leurs camarades, mais aussi des espaces dédiés à la collaboration et la cocréation de l’équipe d’enseignement. Ces libertés génèrent une prise de responsabilité et stimulent la motivation d’apprendre soi-même. Dès lors que ce processus est lié à des tâches sensées et que l’élève fait l’expérience de ses propres compétences, la motivation augmente et la créativité est stimulée (Ryan, Deci). L’aptitude des apprenants aux compétences du XXIe siècle s’en trouve renforcée, afin qu’ils puissent réussir leur entrée dans le monde du travail. Quand les jeunes apportent ces compétences, l’entreprise peut être consolidée sous forme de mentorat inversé ou de réceptivité aux projets pilotes dans une culture tournée vers l’avenir.

Des univers d’apprentissage pour organiser le monde de l’apprentissage

Créer des expériences en expérimentant

Même si elle était purement intellectuelle, l’expérience décrite peut fournir une piste de réflexion. Les lieux nouveaux ont un effet inspirant sur la collaboration et font avancer les changements. Il ne s’agit pas de tout bouleverser sur-le-champ, la question n’est pas là, mais de faire un premier pas et d’essayer. Pourquoi ne pas tenir la prochaine réunion ou la prochaine conférence à huis clos dans un espace de coworking ? Et si vous aimez les cadres un peu plus fous, adressez-vous par exemple à mia Engiadina (en allemand): vous pourrez y louer une maison paroissiale, une église ou une école pour y organiser un événement ou y installer un bureau temporaire. Si les expériences acquises au cours de telles expérimentations sont réinjectées dans l’entreprise ou dans l’école, alors le souhait de mon fils deviendra peut-être bientôt réalité.