Introduire Work Smart – qu’est-ce qui fonctionne, qu’est-ce qui ne marche pas ?

L’initiative Work Smart (WSI) s’est donnée pour objectif d’accompagner l’économie suisse dans la transformation numérique et d’aider les organisations à mettre en place des formes de travail flexibles. De nombreuses études, notamment celle réalisée par l’initiative Work Smart en coopération avec différents partenaires de recherche (Weichbrodt et al. 2016), montrent que les formes de travail flexibles connaissent une progression continue, bien qu’un peu hésitante.

Les défis liés à l’introduction et à l’établissement de Work Smart

Il ne suffit pas de décider quelles nouvelles technologies ou quels concepts doivent être introduits. L’établissement durable de Work Smart (et donc son acceptation par les collaborateurs) lance différents défis aux décideurs et aux entreprises collaboratrices, notamment:

  • Comment convaincre les collaborateurs de l’utilité du projet?
  • Comment les informer sur les modes de travail prometteurs, mais aussi sur les modes moins prometteurs?
  • Comment mettre en place des modes de travail et de collaboration prometteurs?
  • Comment trouver le cadre idéal pour les formes de travail flexibles?

À propos de l’étude

Dans ce contexte, l’objectif de l’«Étude Smart Work 2016» réalisée par l’initiative Work Smart en collaboration avec l’Information Management Research Group (IMRG) de l’Université de Zurich est d’exposer différentes méthodes innovantes et courantes qui permettent de réussir à mettre en place des formes de travail flexibles.

Dans le cadre de cette étude, 26 collaborateurs jouant différents rôles dans neuf entreprises suisses ont été interrogés en juillet et août 2016 au cours d’entretiens semi-structurés. Ces entretiens avaient pour but de cerner les points de vue individuels concernant Work Smart, notamment sur la méthode de mise en place, et de les combiner de sorte à obtenir une représentation fournie des modes d’action. Deux entretiens menés avec des chercheuses de rang international ont été l’occasion de se pencher sur la démarche des entreprises.

Résultats de l’étude

Parmi une vaste sélection de plus de 30 méthodes, 8 ont été retenues et présentées dans cette étude.

  • Formations et événements d’information
  • Informer
  • Communication hiérarchique transversale (C-Level-Chat)
  • Directives & orientation en matière sociale
  • Gouvernance participative des entreprises
  • Système de binôme
  • Mentorat inversé
  • Pilotage

Les méthodes ont été brièvement exposées puis évaluées au moyen de facteurs de réussite, en tenant compte des éventuels obstacles. L’étude a montré que toutes les entreprises misent sur plusieurs méthodes combinées pour introduire leurs offres Work Smart. La combinaison de différentes méthodes complémentaires peut avoir l’avantage d’interpeler un grand nombre de collaborateurs pensant différemment. Lors du choix des méthodes, il faut bien sûr prendre en compte la structure et la culture de l’entreprise.

En conclusion, on peut dire que ce qui importe, c’est de trouver le bon cocktail de méthodes en fonction du contexte de l’entreprise. Il n’existe pas qu’une seule bonne méthode, de même qu’il n’y a pas qu’une seule forme d’entreprise.

Études de cas

Les études de cas fournissent un aperçu essentiel du contexte dans lequel les méthodes ont été employées avec succès. L’étude présente des études de cas correspondant aux sept entreprises suisses suivantes:

  • Allianz SE
  • Office fédéral du développement territorial ARE
  • Haufe umantis AG
  • Administration municipale de Lenzbourg
  • OBT AG
  • Raiffeisen Suisse société coopérative
  • Banque cantonale de Zurich

Les études de cas décrivent à la fois les motivations et les objectifs de l’introduction ou du déploiement de Work Smart dans les différentes organisations. Elles révèlent les manifestations de Work Smart et leurs applications et esquissent des méthodes d’introduction ou d’établissement de Work Smart. Les études de cas concluent par les expériences et les leçons tirées de Work Smart ainsi que par les répercussions de Work Smart dans le quotidien des membres des organisations.

L’étude sera présentée au grand public lors de la Work Smart Week 2016. Veuillez trouver les dates des rendez-vous à Berne, Saint-Gall et Vernier,  du 12 au 15 septembre.

En savoir plus la Work Smart Week