La gestion de la santé en entreprise appliquée aux espaces de coworking?

Des cotravailleurs plongés dans leur travail, un casque sur les oreilles, installés en enfilade dans des fauteuils design en plastique, et penchés sur des ordinateurs portables ultrafins trônant sur une table en bois massif: le cauchemar de tous les responsables de la santé en entreprise s’avère être le quotidien de nombreux coworkers. Bien entendu, il existe aussi des espaces de coworking équipés de bureaux à hauteur variable. Et des cotravailleurs qui ne sont pas vissés huit heures d’affilée sur une chaise en bois tout droit sortie de la brocante. Il est toutefois établi que la santé physique et psychique des personnes travaillant en espaces de coworking et autres tiers-lieux n’est guère remise en cause.

Le travail mobile augmente

En Suisse, plus de 40 % des employés travaillent dans des professions à forte intensité de connaissances (L’espace de travail du futur). Dans notre société axée sur les services et les connaissances, la progression de la numérisation pourrait permettre à un nombre croissant de personnes actives de travailler de manière mobile et flexible, étant donné que leur travail ne doit pas forcément être réalisé dans un lieu précis. Si actuellement un peu plus d’un tiers des employés travaillent en partie de façon mobile, on peut partir du principe que ce nombre va augmenter (Nouvelle étude FlexWork 2016). Dans les statistiques, toute personne qui travaille une demi-journée en home office est déjà considérée comme un «Mobile Worker». Du fait de l’acceptation croissante dont jouit le travail mobile et du déploiement de l’infrastructure requise, cette demi-journée pourrait rapidement devenir une journée en home office assortie d’une autre journée en espace de coworking. Une chose est certaine: la part du temps de travail passé dans des tiers-lieux augmente. Dans le monde du travail, on entend par tiers-lieux (third space) les espaces qui ne sont ni le domicile ou home office (first space), ni le poste de travail (second place). Entre ces espaces, on retrouve un quatrième lieu (fourth space), le bureau mobile, dont la productivité augmente avec l’intensité d’utilisation. Aujourd’hui, le train constitue un exemple typique de quatrième lieu. À l’avenir, les voitures autonomes serviront vraisemblablement également de bureau mobile. La multiplication des types de postes de travail est une bonne raison de se demander de quelle manière le travail mobile et flexible, notamment dans les espaces de coworking, se répercute sur la santé des employés.

Une forte communauté, une ambiance travailleuse et des espaces cool

Les avantages du travail en espace de coworking sont bien connus. Les cotravailleurs apprécient l’échange social. Dans certains espaces de coworking, on se retrouve même pour déjeuner ensemble à midi. Mais il n’y a pas que l’environnement communicatif. L’ambiance travailleuse est tout aussi importante. Le fait d’être entouré de coworkers motivés et travailleurs a une influence positive sur notre propre motivation et notre volonté de rendement. Nous sommes nombreux à avoir fait l’expérience, dans une bibliothèque ou un café, de ce que les spécialistes appellent le «Working-Alone-Together».

De nombreux espaces de coworking laissent cependant penser que les fonctionnalités et l’ergonomie conditionnant la productivité ne sont pas assurées. La densité d’occupation est relativement élevée et le mobilier archaïque, un choix souvent délibéré de la part des coworkers qui apprécient beaucoup le style « colocation ». On aurait tendance à dire que le mouvement coworking et le design branché de ces espaces font passer la santé au second plan. On ne trouve d’ailleurs guère d’espaces de coworking dont la publicité se concentre sur le mobilier ergonomique et la promotion de la santé. Et les rares à le faire donnent une impression plutôt rangée. La plupart des espaces de coworking mettent en avant leurs salons design et leur café microtorréfié, promettant un environnement de travail créatif et inspirateur.

Une liberté favorable à la santé

Même si dans de nombreux espaces de coworking les conditions ne sont pas idéales du point de vue de la santé, seul un faible pourcentage de travailleurs mobiles estime que ce mode de travail a un effet négatif sur sa santé (Prümper et al. (2016) – Studie Mobilies Arbeiten). Cela s’explique principalement par la plus grande liberté dont ils bénéficient quant au choix du lieu et des horaires de travail, ce pouvoir d’autodétermination possédant un effet bénéfique sur leur bien-être. Des études réalisées dans des bureaux en entreprise parviennent à la même conclusion. La possibilité de passer d’une zone de travail à une autre augmente la performance perçue et diminue le stress ressenti. À cela s’ajoute le fait qu’en choisissant judicieusement les lieux de travail, nous pouvons éviter de nombreux déplacements, ce qui influence à son tour notre équilibre vie-travail. Il nous reste ainsi davantage de temps à consacrer à notre famille et à nos loisirs. Pour que le travail mobile et flexible puisse réussir, il faut cependant posséder certaines compétences. Une étude réalisée par Promotion Santé Suisse examine cet aspect en détail

Et les coworkers en entreprise?

Les cotravailleurs classiques sont des startupers et des freelances. Mais ils ne sont pas seuls. Comme nous l’avons cité plus haut, près de 40 % des employés en Suisse travaillent de manière partiellement flexible. À cela s’ajoute le fait qu’environ un quart de la population active travaille déjà entièrement ou partiellement en freelance. Ainsi, environ 7,5 % des salariés cumulent actuellement, en plus de leur emploi principal en entreprise, plusieurs projets rémunérés qu’ils réalisent durant leurs loisirs. La question se pose ici de savoir si les coworkers en entreprise ont des attentes différentes. Selon l’étude de l’HSG (le coworking vu par les entreprises), il existe deux catégories d’utilisateurs. Tandis que les premiers mettent l’accent sur une infrastructure de qualité assortie d’un mobilier ergonomique, les autres s’adaptent sans grande difficulté aux conditions offertes sur place. Les exigences des coworkers en entreprise en matière d’environnement de travail ne diffèrent donc pas tant que cela de celles des coworkers traditionnels. Il faut toutefois partir du principe qu’avec l’augmentation de la popularité du travail mobile et flexible, l’éventail des prestations et des qualités proposées va se diversifier. Ceux qui ne passent que de temps à autre une journée en espace de coworking accorderont peut-être davantage d’importance à l’élégance de l’intérieur, alors que ceux qui y travaillent régulièrement seront davantage intéressés par les aspects fonctionnels. Il devrait également être dans l’intérêt des entreprises que leurs collaborateurs mobiles puissent travailler dans des espaces de coworking ou autres tiers-lieux présentant un environnement de travail bon pour la santé.

Coworking Space = Corporate Office?

Les espaces de coworking et les bureaux en entreprise vont probablement se ressembler de plus en plus. Les entreprises ont pris conscience de la nécessité de créer des espaces inspirateurs, capables de générer une ambiance de travail agréable et de stimuler l’échange entre les collaborateurs. De leur côté, les espaces de coworking peuvent prendre les entreprises pour modèle lorsqu’il s’agit de créer un cadre de travail productif et favorable à la santé, étant donné que les grands critères de planification des environnements de travail modernes, à savoir la fonctionnalité, l’esthétique et la symbolique, s’appliquent pareillement aux espaces de coworking. Un aménagement comportant des zones d’isolement et de concentration ainsi que des zones destinées au travail collaboratif en équipe est tout aussi indispensable au bon fonctionnement d’un bureau qu’à la protection de la santé en espace de coworking. De nombreux cotravailleurs déplorent de ne pas pouvoir s’isoler pour travailler en silence ou pour avoir une conversation confidentielle au téléphone.

En résumé

Les facteurs relatifs à la promotion de la santé dans les espaces de coworking ne sont guère pris en considération. Les défis inhérents au travail mobile et flexible ainsi que ses aspects spatiaux sont cependant bien connus et font l’objet de nombreuses études réalisées par la promotion de la santé en entreprise. Néanmoins, l’aménagement des espaces de coworking et autres tiers-lieux n’en tient pas suffisamment compte.