Le coworking: un phénomène de masse à la conquête de la Suisse. Et à quand le «cooping space»?

2015: tournant et big Business

Dans le monde du coworking, l’année 2015 marque pour beaucoup un tournant permettant au mouvement de percer et de s’inscrire dans le big business international: JP Morgan investit alors 1,5 milliard de dollars dans WeWork et révolutionne le Business Centre; la première adjointe de Milan annonce la ville du coworking; plus de 10 000 espaces de coworking en tous genres sont recensés dans le monde entier; de nombreuses entreprises mettent des concepts tels que « Workplace Strategy », « Future Workplace » et « Flex-Work » à l’ordre du jour, et en Suisse, l’Initiative Work Smart connaît un formidable élan.

Génération Y, génération motrice

Au départ, le coworking s’inscrivait loin des grandes organisations et de l’idée de gagner de l’argent. Il était principalement mû par des idéaux défendus par les indépendants préférant partager un lieu de travail plutôt que de rester chacun chez soi. Les avantages de ce phénomène séduisent en abondance, ne procure-t-il pas une forme de travail plus humaine, la possibilité de se libérer des horaires classiques, l’exploitation de synergies au sein de la communauté, l’accès plus aisé à de nouvelles commandes, l’inspiration puisée auprès des autres cotravailleurs, etc. À partir de 2015, le mouvement s’élargit et de grandes entreprises voient dans les espaces de coworking une source d’innovation, un nouveau canal pour entrer en contact avec les clients et avant tout une manière d’attirer de nouveaux talents: la génération Y exige de la part de l’employeur flexibilité, inspiration, une activité intelligente et surtout des réseaux dépassant l’horizon de l’entreprise.

L’espace, un moyen d’interaction

Que signifie cette évolution pour la Suisse? Je vois dans le coworking une collaboration plus profonde, des réseaux s’étendant au-delà de l’entreprise. En effet, pour ce qui est des contacts sociaux et professionnels, la numérisation se heurte vite à ses limites. À long terme, avoir 1000 contacts d’affaires ou plus sur Linkedin ne me sera d’aucune utilité si je ne rencontre pas ces gens en personne. Les gens ont besoin de contacts réels en chair et en os pour ne pas finir en zombies dans la matrice informatique. L’espace (le bureau) sert donc de moyen d’interaction parfait entre l’entreprise (ses employés) et le monde extérieur (indépendants et salariés d’autres entreprises). Dans l’espace de coworking, l’entreprise est plus approchable, plus tangible, car le contact est plus humain. Dans l’espace de coworking, le travailleur n’incarne plus l’entreprise et ses intérêts, mais une personne et ses motivations.

« Je suis aussi un espace de coworking »

Par qui cet espace d’interaction sera-t-il mis à disposition à l’avenir? Bien entendu, la Suisse connaîtra bientôt son lot d’imitations ou de rejetons de centres d’affaires modernes façon WeWork. De nombreux bureaux sont vides, de nouveaux concepts sont demandés.
Il est aussi intéressant de constater que de plus en plus d’entreprises (surtout petites) transforment leurs propres bureaux en espaces de coworking. Ceci leur permet d’attirer chez elles l’inspiration et l’interaction avec le monde extérieur, sans avoir à sortir. Les tables inoccupées ou les salles de réunion sont mises à la disposition du public ou de certains groupes d’utilisateurs (clients, amis, fournisseurs). Ces entreprises font ainsi automatiquement partie du mouvement du coworking et créent leur propre écosystème. Les entreprises plus grandes sont également mues par le réflexe de l’ouverture, mais rapidement confrontées aux questions de gestion des accès et de la sécurité. Heureusement, tout problème apporte généralement son lot de solutions.

Une nouvelle industrie aux nombreuses facettes

Le coworking et l’économie collaborative des bureaux ont donc fait leur entrée en Suisse. Le sujet est loin d’être familier à tous. De toute façon, le terme tendance «coworking» aura bientôt disparu pour faire place à de nouvelles formules: co-création, espace collaboratif, bureau réseau, écosystème collaboratif, etc. Bientôt, vos collaborateurs ne rempliront plus un calendrier d’absence, mais un calendrier de présence. D’ailleurs, vous n’aurez plus des collaborateurs, mais des coworkers. Au café, vous ne parlerez plus de vos vacances, mais des bureaux cool sur lesquels vous avez surfé la semaine dernière. Le chef sera remplacé par un Scrum Master, et la prime n’existera plus que sous forme d’un 14e, voire d’un 15e mois. J’exagère peut-être, mais nous avons la chance de voir éclore une nouvelle industrie riche en idées et en concepts novateurs. Avec Welle7 à la gare de Berne, Migros a ouvert son premier espace de coworking. @Coop: et quand les restaurants Coop les mieux situés deviendront-ils des espaces de Cooping?

 


PopupOffice: votre accès à plus de 100 bureaux et salles de réunion

PopupOffice est une plateforme de réservation de postes de travail flexibles dans le but de stimuler l’aménagement flexible et efficace du travail. Avec l’abonnement business au PopupOffice, les collaborateurs des entreprises dans toute la Suisse ont accès à plus de 100 espaces de coworking, centres d’affaires, salles de réunion et autres postes de travail mobiles. Deux clics suffisent pour réserver un poste de travail, pour une heure ou une journée entière. PopupOffice a été créée en 2015 par Mathis Hasler et Philipp Dick. Elle est partenaire de l’Initiative Work Smart et projet officiel de la CTI (Commission pour la technologie et l’innovation). À l’issue d’une phase d’essai réussie avec Swisscom, AXA-Winterthur et Microsoft, d’autres entreprises peuvent désormais profiter de cette offre.