«Plus forts ensemble»

Changement à la tête de l’initiative Work Smart

Les dés sont jetés pour les deux prochaines années. Claudia Giorgetti Del Monte, responsable du développement organisationnel et culturel de la Mobilière, et Danny Schweingruber, directeur d’Office Akademie et membre de la direction de Witzig The Office Company, ont été élus à la présidence de l’initiative Work Smart lors de la dernière assemblée générale. Cinq questions aux nouveaux coprésidents.

Claudia et Danny, qu’est-ce qui vous a attiré dans la présidence?

Danny: Nous sommes convaincus que les thèmes et les mesures de l’initiative Work Smart sont extrêmement importants pour l’économie suisse. À ce jour, 180 entreprises en Suisse ont signé la charte Work Smart. Elles affirment ainsi leur volonté d’instaurer des modèles de travail intelligents et plus flexibles. Elles concourent ainsi à notre objectif consistant à laisser les gens travailler sans contraintes de lieu ni d’horaires.

Claudia: Les entreprises adhérant à l’initiative sont des employeurs plus attrayants et plus intéressants pour le personnel qualifié. Cela augmente leur compétitivité. Nous sommes convaincus que cette initiative nous aide à consolider le site économique qu’est la Suisse. Cela nous motive énormément pour exercer notre fonction de présidents.

Nouveaux présidents, nouvelle initiative Work Smart? Qu’est-ce qui va changer?

Danny: Nous souhaitons élargir la base de l’initiative Work Smart, la rendre plus tangible et la faire connaître davantage dans le secteur des PME. La phase de lancement a été incarnée par trois grandes entreprises, les CFF, Swisscom et La Poste. Cela nous a naturellement procuré un vaste rayon d’action au regard des travailleurs pouvant bénéficier des mesures liées à l’initiative.

Claudia: Maintenant, l’heure est venue d’accroître le nombre d’entreprises qui profitent de notre savoir et de notre expérience. Pour ce faire, nous allons introduire des mesures adaptées en collaboration avec les autres entreprises déjà membres.

Danny, après Swisscom et les CFF, c’est le tour d’une moyenne entreprise. L’initiative Work Smart perdrait-elle de son importance?

Danny: Pas du tout (rires). Les CFF et Swisscom, de même que les autres sociétés promotrices, poursuivent leur travail de manière active, avec la même motivation. Rien ne change à ce niveau. Notre comité est cependant désormais renforcé par la présence de Susanne Weber, Chief of Staff chez HP Suisse. Nous avons décidé de nous concentrer davantage sur les PME, ce à quoi Witzig The Office Company peut énormément contribuer en apportant son expérience et son point de vue de PME. Nous travaillons ainsi en connaissance de cause.

Claudia, Work Smart ne fait pas partie de l’activité centrale de la Mobilière. Pourquoi votre engagement malgré tout?

Claudia: La Mobilière rencontre également des défis liés à la numérisation et à l’évolution du monde du travail. Nous apprécions chez Work Smart l’approche interentreprises: ensemble, nous sommes plus forts pour adapter la culture du travail en Suisse aux nouvelles possibilités qui surgissent. En tant que promoteurs de l’initiative, nous nous engageons à encourager en interne les formes de travail mobiles et flexibles ainsi qu’à les représenter à l’extérieur. Nombreux sont nos clients qui doivent affronter des défis similaires. En tant que premiers assureurs de PME en Suisse, nous donnons l’exemple. Nous partageons volontiers notre expérience avec d’autres entreprises.

Vous avez été élus pour deux ans. Comment voyez-vous l’initiative Work Smart en 2021?

Claudia: Nous voulons être un vaste réseau d’entreprises qui se soutiennent mutuellement afin de créer des conditions de travail mobiles et flexibles.

Danny: Les entreprises doivent encourager les nouvelles formes de travail parce qu’elles y voient une plus-value écologique et économique, et pour qu’un maximum de travailleurs du savoir en Suisse puisse travailler dans de telles entreprises.

 

Nouvelle co-présidence