Of course we can - ou l'art d'organiser soi-même ses horaires

Qu’entendent les employés par travail au sens strict du terme? Est-ce l’échange personnel avec les collègues, la présence physique au bureau, les pauses réglementées à heures fixes, le fait d’être occupé et le montrer, accomplir des activités de bureau classiques telles que classer, taper à la machine, faire des photocopies, imprimer, et pointer pour prendre congé? Ces critères génèrent-ils des résultats mesurables, qui créent une dynamique dans l’entreprise et la font avancer?

Ne doit-on pas plutôt ces résultats aux individus qui disposent d’eux-mêmes, ceux à qui il vient des idées de génie en jardinant, ou qui se remettent au travail, gonflés d’énergie créative, à l’issue de leur émission préférée à 21 heures ou après le souper en famille? Tous ceux donc qui évoluent hors des sentiers battus, réglementés, rythmés à l’unisson? À chacun de voir. Chez certains, l’activité en elle-même n’autorise peut-être pas cette flexibilité, d’autres plaident en faveur de structures claires, ce qui implique justement de se rendre de bon matin au travail. En ce qui me concerne, j’adore les levers de soleil. Et j’ai un chien qu’il faut sortir le matin. Si j’ai la liberté de démarrer la journée par une grande promenade matinale, je me mets au travail de meilleure humeur que si j’ai dû faire la course avec la pointeuse pour respecter un horaire fixe.

À mes yeux, la vie d’un être humain repose sur plusieurs piliers: la famille et le couple, les amis, les intérêts, les loisirs, le travail et l’argent, la santé. Dès lors que plus de deux piliers vacillent, la stabilité générale de la personne est menacée. Le travail est l’un des piliers porteurs dans la vie d’une personne en bonne santé et constitue un facteur essentiel pour ce qui est de la qualité de vie et la satisfaction. Dans ce contexte, il est évident pour moi que plus le travail est en harmonie avec la personnalité de quelqu’un, plus il jouera un rôle important pour cette personne. Autrement dit, même si une jeune maman considère que son enfant est ce qu’elle a de plus précieux au monde, il n’empêche qu’elle peut vouloir continuer à travailler sans s’arrêter, parce que son travail lui est cher et qu’il contribue à parfaire son bonheur. Elle appréciera donc énormément de pouvoir travailler en home office, auquel cas elle s’identifiera d’autant plus à son travail et par conséquent à son employeur. À une époque où l’on change de job à tous les tournants de la vie, cela ne va pas de soi.

Pour pouvoir mieux concilier la famille et le travail, les professionnels se renseignent souvent sur la flexibilité d’un emploi dès leur candidature. La possibilité donnée aux employés d’organiser eux-mêmes leurs horaires de travail est ainsi un instrument moderne utilisé de plus en plus souvent par les entreprises pour recruter, motiver et fidéliser le personnel de qualité. Le travail classique de neuf à cinq, avec ses huit heures de présence fixes, bat clairement en retraite, étant donné que les modèles de travail et d’emploi flexibles profitent aux employeurs comme aux employés. Ces offres sont particulièrement intéressantes pour les personnes qui n’habitent pas sur place, leur épargnant ainsi du stress et des déplacements professionnels. Pour ceux qui ont des obligations familiales, les solutions flexibles ou à temps partiel permettent de mieux concilier la vie de famille et la profession. Le travail à temps partiel profite avant tout aux collaborateurs qui n’ont pas ou plus la possibilité de travailler à temps plein, notamment les personnes d’un certain âge ou celles qui veulent se spécialiser en suivant une formation.

Du point de vue de l’employeur, il est également judicieux d’exploiter au maximum la ressource que constitue le travail, notamment pour éviter tout déficit de personnel. Dans un système aux horaires de travail rigides, il est difficile de s’adapter aux variations des besoins en matière de capacité. L’organisation plus libre des heures d’ouverture et de travail permet aussi à l’entreprise de mieux planifier ses capacités.

Naturellement, l’organisation mobile et flexible du temps de travail lance également des défis aux dirigeants, du fait que les collaborateurs ne sont pas toujours disponibles aux heures classiques, tant pour leurs supérieurs que pour leurs clients. Si certains peuvent abuser de leur liberté et de leur souveraineté sur les heures de travail, d’autres personnes particulièrement engagées professionnellement risquent au contraire de ne pas respecter les temps de récupération et de repos. Une culture d’entreprise reposant sur la confiance et la coopération ainsi que la capacité des collaborateurs à s’autogérer constituent la base essentielle de toutes les flexibilités, notamment de la flexibilité sur le temps de travail. Pour les employés comme pour les employeurs, il faut retenir qu’un travail effectué ailleurs que dans les locaux de l’entreprise implique une grande part d’initiative personnelle et que le résultat du travail doit être clairement documenté, vérifiable et mesurable.