Pourquoi travailler de manière flexible est durable ?

De plus en plus d’entreprises reconnaissent l’importance du développement durable et incluent des objectifs de durabilité dans leur stratégie. Ceux-ci ne sont très souvent pas assez participatifs et restent principalement au niveau théorique au lieu d’être intégrés dans le quotidien de l’entreprise. En permettant aux employés de travailler de manière flexible, les entreprises contribuent au développement durable et la préservation des ressources.

Économiser du CO2 avec des modèles de travail flexible

La majorité des entreprises suisses adhèrent encore aux structures de travail classiques, horaires de présences fixes inclus. Il s’ensuit que la plupart des employés doivent se déplacer de plusieurs kilomètres chaque jour pour se rendre au lieu de travail. Bien qu’en Suisse beaucoup des collaborateurs se déplacent avec les transports publics, le trafic des pendulaires cause une part considérable des émissions de CO2. En effet, le trafic cause 37% du total des émissions de CO2 en Suisse dont 66% proviennent des voitures (Source: BFS). A cela s’ajoute que les autoroutes et le réseau de transports publics sont surchargés lors les heures de pointe. Ainsi, la navette quotidienne au travail ou les déplacements professionnels exigent non seulement beaucoup de temps mais constituent également un facteur de stress considérable.

Préserver des ressources grâce à l’approche « WorkingSmart »

Les modèles de travail flexibles contribuent à trois niveaux à la préservation de nos ressources et aident à instaurer une culture de développement durable au sein des organisations:

  • Ressources naturelles: Permettre aux collaborateurs de travailler depuis la maison ou de faire le travail à distance contribue largement à préserver les ressources naturelles en diminuant le volume de trafic des pendulaires et ainsi réduire les émissions du CO2. Par exemple, une entreprise de services compte 250 employés, dont 65% se rendent de leur domicile au travail (distance de 15 km environ) en utilisant la voiture, 32% prennent les transports publics et 3% le vélo. Si cette entreprise introduisait un jour de travail à la maison par semaine, 26 tonnes de CO2 pourraient être économisés par année (calcul fait sur mobitool. Grâce aux nouvelles technologies, l’intégration des modèles flexibles de travail dans la gestion des affaires courantes se fait sans trop d’effort, notamment pour les entreprises où la plupart des employés travaillent dans un bureau. On peut, par exemple, rejoindre une réunion par télé- ou vidéoconférence sans se rendre sur le site. De cette façon, on peut également réduire le nombre des déplacements professionnels en voiture et en Train. Par ailleurs, de plus en plus des personnes profitent des « shared working spaces », des espaces partagés pour y travailler, permettant d’utiliser de manière flexible des bureaux en commun. Cette nouvelle approche du co- working ainsi que le travail à la maison présente l’opportunité pour les entreprises de réduire leurs espaces de bureaux fixes, ce qui entrainera une diminution des coûts et des ressources consommées.
  • Ressources personnelles: Offrir aux collaborateurs des modèles de travail flexibles. Cela leur donne la possibilité de décider eux-mêmes quand et de quelle manière ils travaillent afin d’utiliser leurs ressources personnelles de la meilleure façon possible et de rendre leur travail plus productif. Le temps gagné en évitant les déplacements, peut être mise à profit pour des activités de détente et le repos. Des études montrent que les collaborateurs qui doivent régulièrement faire des navettes pour se rendre au travail, se sentent plus stressés que leurs collègues avec des déplacements plus courts (Source: étude de Stutzer und Frey).Des horaires de travail flexibles et le travail à la maison constituent un outil pour prévenir des maladies liées au stress et contribuent au bien-être des collaborateurs.
  • Ressources de l’entreprise : Proposer des modèles flexibles de travail impliquent des bénéfices non seulement pour les collaborateurs mais également pour l’entreprise. En offrant la possibilité de travailler à domicile, l’entreprise peut réduire les espaces de bureaux fixes et ainsi réduire ses coûts. Les espaces du coworking encouragent l’échange d’informations avec d’autres, ceci étant une source potentielle d’inspiration et d’innovation. D’ailleurs, la possibilité de travailler à la maison représente pour beaucoup des employés une preuve de confiance par l’entreprise, ayant un impact positif sur la motivation des collaborateurs. L’entreprise qui mise sur les modèles de travail flexibles se positionne enfin comme un employeur attrayant et augmente ainsi la rétention du personnel et l’attraction des jeunes talents.

Afin que collaborateurs et entreprises puissent profiter des bénéfices du travail flexible et de l’ancrer dans la culture de travail, il est essentiel que l’entreprise mette en place des conditions cadres et promeuve l’utilisation de ces options à l’interne. Une première option consisterait à établir la télé- ou vidéoconférence comme partie intégrante des réunions, et ce afin de faciliter aux collaborateurs le travail à domicile.


Le We Act Challenge 2017, qui a lieu du 4 – 24 septembre sur le thème des ressources, offre la possibilité d’intégrer de manière simple les principes Work Smart dans la culture de l’entreprise : la compétition par équipe pour des entreprises en Suisse renforce la prise de conscience parmi les collaborateurs pour des modèles de travail flexibles et des comportements qui économise des ressources. Se faire du bien tout en faisant du bien pour la Planète !

Les signataires de la Charte Work Smart reçoivent un rabais de 15% pour le We Act Challenge 2017 (code : WorkSmart17). Délais d’inscription : 21 août